Organisation de la bibliothèque

Une direction collégiale : elle définit la stratégie de développement et de gestion de l’établissement ; elle examine les résultats obtenus, l’état d’avancement des principaux projets et tout dossier engageant l’établissement. Le comité de direction se réunit une fois par semaine. Les comptes-rendus de ces réunions sont transmis sous forme d’une synthèse mensuelle, via l’intranet de la BML.

Des missions rattachées au directeur : Web et innovation numérique, Evaluation prospective et communication interne auxquelles se rajouteront ultérieurement les missions « Grands projets et Développement durable ».

Six directions
-  2 directions dîtes « verticales » qui disposent d’équipes dédiées, de sites, de collections et accueillent des publics : la direction des Départements de la Part-Dieu et la direction des Territoires (réseau des bibliothèques de quartier).

-  4 directions dîtes « transversales » dont la fonction support s’incarne auprès des autres directions : la direction du Développement des services et des publics (les services aux publics) ; la direction de l’Action culturelle et de la communication (la politique culturelle et pédagogique) ; la direction des Collections et contenus qui dispose aussi de collections, de services et accueille des publics mais devient transversale dans son rôle de définition et mise en œuvre de la politique documentaire pour l’ensemble du réseau ; la direction des Moyens généraux (les fonctions ressources, RH, finances, informatique, bâtiment et logistique documentaire).

Des coordinations :

-  opérationnelles : comme indiqué précédemment, les coordinations opérationnelles traduiront les évolutions territoriales (réseau) et documentaires (Part-Dieu) de la BmL ; elles garantiront et faciliteront par ailleurs la mise en œuvre des fonctions supports (politique documentaire, action culturelle et communication, développement des services, moyens généraux) en appui des projets des équipes. Elles viseront enfin à la mise en commun d’expériences et de projets en coordonnant si besoin les moyens et en multipliant les synergies. Elles génèreront enfin de la souplesse et de la cohérence en permettant de dépasser, chaque fois que la mise en œuvre du projet le nécessite, le cadre du site pour le réseau et du département pour la Part-Dieu. Dans ce sens, les responsables de coordination ont donc un rôle opérationnel et non fonctionnel. Ils ne s’interposent pas hiérarchiquement entre les directeurs adjoints et les responsables de service. Ils sont de fait les moteurs du projet dans leur rôle d’impulsion.

-  thématiques : les coordinations thématiques existantes sont maintenues. Au nombre de 5, elles ont pour vocation le partage de savoir-faire, la mise en cohérence et complémentarité de l’offre de services et de l’offre culturelle. Animées par un responsable nommé par le directeur au travers d’une lettre de mission et regroupant les agents concernés, elles se réunissent mensuellement et rencontrent la direction une fois par trimestre, les directeurs adjoints étant associés en fonction des ordres du jour (arbitrage politique et stratégique). On retrouve : la coordination Jeunesse, la coordination Musique, la coordination Cinéma, la coordination des Espaces Numériques, la coordination Médiation.

Organigramme