Tremplin poétique

Dans l’atelier ...

avec Gabriel de Richaud

Pour Gabriel de Richaud, le travail d’écriture peut se comparer à celui du sculpteur qui procède par « retrait » de matière depuis un bloc de pierre … à ceci près que pour commencer il faut d’abord créer la matière brute en accumulant la masse de matière écrite.
Au cours des séances qu’il a conçu pour les ateliers de cette édition du tremplin poétique, Gabriel de Richaud propose dans un premier temps de produire beaucoup d’écrits en se laissant guider à travers un « parcours » d’écriture très dirigé avec des consignes et des temps chronométrés permettant à chacun-e de sortir de ses « routines » d’écriture (s’il y a lieu !) ou de l’angoisse de la feuille blanche.
Une expérience qui met aussi en jeu la « manière » d’écrire au sens physique du terme en invitant les participant-e-s à changer de place et de position.

Prochainement ici au gré de l’envie des participant-e-s, nous vous proposons de retrouver des échos de ces ateliers avec des extraits de travaux en cours.