Les rendez-vous des bibliothèques municipales de Lyon

Conférence / débat - Monde - tous publics

CYCLE : Là-bas, quelle heure est-il ?

L'Amérique latine sous tension : quelles dynamiques face à la crise ?

ATTENTION :Séance annulée Le samedi 4 avril de 14h30 à 17h00 - bibliothèque de la Part-Dieu

L'Amérique latine qui avait mis fin à toutes les dictatures dans les années 1980 est aujourd'hui dans la tourmente. La crise économique y sévit un peu partout et elle ne manque pas de dégénérer en crise politique. Bénéficiant du soutien de l'Instituto Cervantes de Lyon, cette table ronde se propose d’évoquer la situation et l’avenir de l’Amérique latine à l’exemple de quelques-uns de ses pays politiquement et socialement les plus emblématiques. Elle réunira Maya Collombon, maîtresse de conférences en science politique à Sciences Po Lyon, Marie-Hélène Sa Vilas Boas, maîtresse de conférences en science politique à l’université de Nice-Sophia Antipolis, et Paula Vásquez Lezama, auteure de « Pays hors service. Venezuela : de l’utopie au chaos » (Buchet-Chastel, 2019). Elle sera animée par Yoletty Bracho, doctorante en science politique à l'université Lumière Lyon 2.

Droite radicale au Brésil, désastre humanitaire au Venezuela, crise politique au Nicaragua, en Bolivie, au Chili, l’Amérique latine traverse une période de turbulences sans égal depuis le tournant du XXIe siècle. Le continent s’est en effet affirmé depuis une quarantaine d’années comme le plus « progressiste » de la planète. La démocratie s’y est imposée partout à partir des années 1980 et un certain nombre de pays ont cherché, à compter des années 2000 et avec des fortunes diverses, à réduire la pauvreté et les inégalités par des politiques de redistribution portées par une croissance économique exceptionnelle. Cet « âge d’or » s’est achevé avec la crise engendrée par la baisse des prix des matières premières – pétrole, cuivre, soja, café. Comme ailleurs dans le monde, la démocratie subit de plein fouet les effets de la crise économique. Que l’on pense au Brésil, où Jair Bolsonaro tente, à l’instar de l’Européen Viktor Orbán, de bafouer les principes de la démocratie ; ou à l’autre extrême politique, aux dérives autoritaires que connaissent le Venezuela de Nicolás Maduro et le Nicaragua de Daniel Ortega, et avant eux l’Équateur de Rafael Correa et la Bolivie d’Evo Morales – ces deux derniers aujourd’hui en exil.

Toutefois, le recul de la confiance dans la démocratie représentative n’a pas constitué jusqu’alors une voie royale pour le retour aux affaires de la droite la plus dure, ni pour les coups d’État militaires. Lorsque la droite triomphe, hormis au Brésil, le virage conservateur n’est pas toujours massif, au Chili, par exemple, et même en Colombie où le candidat de gauche a obtenu 46 % des suffrages lors de la dernière élection présidentielle, un score sans précédent dans ce pays, sans parler du Mexique qui a basculé à gauche en 2018 avec l’élection de Manuel López Obrador.

L’Amérique latine se singularise par ailleurs par des pratiques de démocratie participative et locale remarquables et remarquées – et ce dans des contextes où les problèmes de corruption, de violence et de criminalité sont omniprésents. À l’exemple du Brésil et du Venezuela, nombre de pays ont bâti des expériences reconnues à l’échelle internationale, même si elles ont montré leurs limites et connaissent depuis peu certains reculs.

Nous nous intéresserons lors de cette table ronde aux parcours politiques du Venezuela, du Brésil et du Nicaragua, notamment, et aux participations à la démocratie locale mises en œuvre dans ces pays. Nous nous poserons en particulier la question de leur capacité à faire rempart à l’effritement ou à l’autoritarisme de l’État en période de crise et à impulser des dynamiques de restauration d’une démocratie apaisée.

Cette table ronde réunira Maya Collombon, maîtresse de conférences en science politique à Sciences Po Lyon, spécialiste des mobilisations indigènes et des militantismes zapatiste (Mexique) et sandiniste (Nicaragua), Marie-Hélène Sa Vilas Boas, maîtresse de conférences en science politique à l’université de Nice-Sophia Antipolis, spécialiste notamment des participations citoyennes au Brésil (recherche en cours sur les électeurs de Jair Bolsonaro), et Paula Vásquez Lezama, chargée de recherches en anthropologie sociale au CNRS et auteure de Pays hors service. Venezuela : de l’utopie au chaos (Buchet-Chastel, 2019).

Elle sera animée par Yoletty Bracho, doctorante en science politique à l'université Lumière Lyon 2 (Militer à l’intérieur de l’État. La gestion des classes et territoires populaires de Caracas, Venezuela) et attachée d'enseignement et de recherche (ATER) en science politique à Lyon 2.

Table ronde organisée avec le soutien de l’Instituto Cervantes de Lyon.

Intervenant(s) :
Maya Collombon - Maîtresse de conférences en science politique à Sciences Po Lyon

Membre du laboratoire Triangle / Action, discours, pensée politique & économique (CNRS et ENS de Lyon, notamment), Maya Collombon est l'auteure d'une thèse soutenue en 2013 à Science Po Aix sous le titre « Les bâtisseurs de Mésoamérique. Le Plan Puebla Panama, une politique publique transnationale de développement au défi de ses opposants Mexique – Nicaragua (2000 – 2010) ». Ses recherches portent sur l'action collective et les mouvements sociaux (mobilisations indigènes, militantisme zapatiste et sandiniste), sur la socio-anthropologie du développement (politiques de développement, projets d’infrastructure, coopération sud-sud) et sur les rapports ordinaires au politique (Nicaragua). Elle a codirigé le numéro 87 (2018) des Cahiers des Amériques latines intitulé « Nicaragua: sandinismo 2.0? ».

Voir dans le catalogueVisiter son site internet

Marie-Hélène Sa Vilas Boas - Maîtresse de conférences en science politique à l’université de Nice-Sophia Antipolis

Marie-Hélène Sa Vilas Boas est membre du laboratoire ERMES (Mutations de l'Europe et de ses Sociétés / université Nice Sophia Antipolis) et chercheuse associée au CREDA (Centre de Recherche et de Documentation des Amériques, CNRS / Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3). Auteure d'une thèse soutenue en 2012 à l'université d'Aix-Marseille sous le titre « Du quartier à l'État : sociologie des publics des dispositifs participatifs brésiliens : le cas des conférences municipales des femmes de Recife et de Londrina », ses recherches portent sur les participations citoyennes au Brésil et en Guyane, sur l'action publique locale, la démocratie électronique et les mobilisations électorales locales. Elle a codirigé le volume 17, numéro 1 (sept. 2018) de la revue « Lusotopie » (https://brill.com/view/journals/luso/17/1/luso.17.issue-1.xml).

Visiter son site internet

Paula Vásquez Lezama - Chargée de recherches en anthropologie sociale et politique au CNRS

Membre du GTM-CRESPPA (Genre, Travail, Mobilités / Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris / CNRS, notamment), Paula Vásquez Lezama est l’auteure d'une thèse soutenue en 2007 à l'EHESS (IRIS) sous le titre « Les politiques de la catastrophe en temps de "révolution bolivarienne". La gestion des sinistrés de La Tragedia de 1999 au Venezuela ». Ses recherches portent sur l'anthropologie politique (Venezuela, Haïti), sur la relation économie pétrolière / régimes politiques et sur la pénurie, les crises sanitaires et les situations extrêmes (Amérique latine. Afrique. Venezuela. Haïti). Elle a publié en 2014 « Le chavisme : un militarisme compassionnel » aux éditions de la Maison des sciences de l'homme et en 2019 « Pays hors service : Venezuela : de l'utopie au chaos » aux éditions Buchet-Chastel. Photographie © Andreina Mujica.

Voir dans le catalogueVisiter son site internet

Yoletty Bracho - Doctorante en science politique à l'université Lumière Lyon 2

Yoletty Bracho rédige actuellement une thèse en science politique à l'université Lumière Lyon 2 sur le thème « Militer à l’intérieur de l’État. Sociologie des intermédiations militantes de l’action publique. Le cas de la gestion des classes et territoires populaires de Caracas, Venezuela.». Elle est attachée d'enseignement et de recherche (ATER) en science politique à l'université Lyon 2.

Visiter son site internet

  • Condition d'accès

    Animation annulée

  • Lieu

    bibliothèque de la Part-Dieu
    30 Boulevard Marius Vivier Merle - 69003 Lyon

    Horaires et accès détaillés
  • Renseignement

    04 78 62 18 00

Partenaires

  • Instituto Cervantes de Lyon

    Instituto Cervantes de Lyon

    L'Instituto Cervantes est une institution à but non lucratif créée par l'Espagne en 1991 pour promouvoir l'enseignement de la langue espagnole et pour diffuser la culture de l'ensemble des pays hispanophones. Son siège social est situé à Madrid ainsi qu'à Alcalá de Henares, lieu de naissance de l'écrivain Miguel de Cervantes, et ses centres sont implantés sur les quatre continents.

    ×
    en savoir plus

Quoi ?

Où ?