Voir nos conférences filmées

Voici une sélection de vidéos qui se sont déroulées à la Bibliothèque de Lyon

Djaïli Amadou Amal & Kubra Khademi

le 9/11/2021

Regarder la vidéo

Télécharger le fichier vidéo

Ecouter la conférence

Télécharger le fichier audio
Dans le cadre de l'évènement A corps et à cris, la bibliothèque reçoit deux militantes féministes, la femme de lettres, Djaïli Amadou Amal et l'artiste et performeuse Kubra Khademi.

L’une, camerounaise, retrace dans ses romans les discriminations faites aux femmes ; l’autre, afghane, aborde par ses performances et ses dessins les conditions de vie des femmes. Toutes deux, féministes, s’arment de courage pour interroger la place des femmes et dénoncer une société dominée par les hommes. Cette rencontre sera l’occasion de revenir sur leur parcours, d’évoquer leur travail, véritable cri de révolte pour rendre visible la violence subie par les femmes.

Née en 1975, l’écrivaine camerounaise Djaïli Amadou Amal a fait de la littérature une arme de libération et entend porter la voix des femmes du Sahel. Mariée de force à 17 ans à un homme de plus de 50 ans, la littérature dit-elle, lui a sauvé la vie.

Aussi bouleversant qu’éprouvant, son premier roman publié en France aux éditions Emmanuelle Collas, Les Impatientes, a reçu le Goncourt de lycéens en 2020, après le Prix Orange du livre en Afrique et le prix de la presse panafricaine au salon du livre de Paris en 2019. Les Impatientes raconte le destin de trois femmes peules vivant à l'extrême Nord du Cameroun, Ramla, Hindou et Safira qui luttent chaque jour contre la violence exercée à leur encontre, le mariage forcé, le viol conjugal et la polygamie. Ces impatientes, car la patience est cette vertu dont on les assomme pour supporter les choix injustes de leurs familles, vont décider de s’affranchir de la pression du cercle familial et de la société.

En parallèle de son métier d’écrivain, Djaïli Amadou Amal dirige une association qui scolarise les petites filles, crée des bibliothèques et sensibilise les lycéens sur la question du mariage forcé afin de faire évoluer les mentalités. Très marquée par sa lecture d’Une si longue lettre de Mariama Bâ, elle reste convaincue que la littérature peut aider à changer les choses.

Née en 1989, Kubra Khademi est une artiste plasticienne afghane. Après avoir étudié les Beaux-Arts à l’université de Kaboul, elle poursuit ses études à l’Université de Beaconhouse à Lahore, au Pakistan. De retour à Kaboul, elle utilise son corps pour questionner la violence jusqu’à la performance Armor de 2015. Déambulant dans la rue, vêtue d’une armure qui suggère les attributs sexuels afin de dénoncer le harcèlement, elle est prise violemment à partie et doit fuir.

Installée en France, Kubra Khademi reçoit, en 2016, le titre de Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres par le ministère de la Culture française. Depuis 2017, elle est membre de l’Atelier des Artistes en Exil à Paris et enchaîne les créations artistiques, les galeries et les résidences.

Intervenants